vendredi 23 juin 2006

Eugene Ostashevsky / Cher hibou




Cher Hibou
Tu as de gros yeux

Des plumes qui se collent dans des sens tous différents
Tu te réveilles

Ta culotte est marrante
Tu entends

Les sons que font les mots
Comme ils plaident pour la vie

C’est tout ce qui reste
Du langage du langage

O Hibou
Parmi les feuilles

Qu’est-ce que cette forêt
De « lettres », lumière noire

De soleils inintelligibles
Je ne peux pas voir

Qui je suis
Qui tu es

La différence entre bien et mal
La fin du désir humain

Comment dire la vérité
Et pourquoi

Est-ce ma vie
Es-tu dedans