mercredi 26 décembre 2007

Amanda Nadelberg / Karp



Comme un fruit de Russie c’était
difficile de ne pas
la désirer. C’était vraiment une
jolie pêche mûre, nectarine,
n’importe quoi. Comme une tempête
il mangeait quand il avait faim.
Un fruit de la mer serait bon
pour le corps. Exquise protéine.
Dans un coin en face d'un
terrain de baseball s’il te plait. Bien
cuisiné ce plat s'accommoderait pas mal
à un verre d’eau. Même
si ça ne paie pas bien je
vais conduire un camion de fruits
du pays à l’autre
pays. Doux. Doux ils
me parlent de routes non pavées.
Prends un crayon pour tester les peaux
quand tu t’arrêtes à la station. Fruit et
essence avaient tenu de grands rôles dans les
rêves cette année-là. Donne-moi une sérénade
en lent. Je te promets une réponse
d’ici quatre à six mois.




Poème publié dans Octopus Magazine no 7, hiver 2006
Copyright Amanda Nadelberg et Octopus Magazine.