lundi 13 février 2012

Pete Simonelli / Poèmes extraits de One Brittle Nerve














De l'esprit


Bien après que la musique s'est arrêtée
et que tout le monde est rentré à la maison
on peut parler d'un esprit, Jack
- comment, à les fouiller du regard,
certains souvenirs dérivent sans attache à travers la pièce
vaste et vide. Des larmes en Italie, affamé, au-dessus d'un bol
chaud de soupe. Ignoré à Paris. Le match des Browns
contre les Steelers capté à la radio, bien après
en Grèce, où les vieux se souvenaient de ce qui est à toi
comme d'une chose qui leur appartient une fois.
Souvenirs notés qui vagabondent au-dessus de ton bureau, en attente
de leur phrase et de leur place propres.

J'imagine ceci, les yeux fermés, l'odeur
des œufs bouillis et de la tartine grillée et de la bière de la nuit dernière,
je lambine dans la cuisine, quand, tout à coup,
elle, qui n'a jamais été soudaine nulle part
ni à aucun moment, apparaît, sortie de son rôle, en disant (comme si elle
pouvait le reprendre),
"j'ai juste chié des litres de sang,
et je ne sais absolument pas pourquoi"



Prise pour la lune qui se lève (Veille de la Saint-Valentin)

"ça déferle et nous tombe carrément dessus ce soir
avec le ciel si clair,
et ça nous traverse

comme si nous étions des ruines, comme si nous étions des fantômes"

- August Kleinzahler


Mais, un soir de mi-hiver, ça ne se levait pas
tandis que nous tracions notre route sur le pont.

Pas la lune, non, mais le sommet lumineux d'un immeuble
qui apparaissait au premier coup d'oeil à travers la fenêtre
juste au nord du Pont RFK,
presqu'aussi rond, et soutenu de manière trop-
invraisemblable, bas dans le ciel.

La surprise, suffisamment seul,
à griffonner des notes sur une pochette d'allumettes
tout en cherchant du regard, ou tout en essayant
de chercher du regard, depuis le coeur d'une nouvelle clarté,
jusqu'à ce que tu dises : "comme ça", désignant quelque chose dans notre dos, "là-bas ?"

Elle escaladait l'autre côté des gratte-ciel,
si jaune, pas encore rincée,
exactement comme l'Ouest se dissout derrière Jersey.


"Regarde".



--

Extrait de One Brittle Nerve, chez l'auteur, 2010.
Pete Simonelli est également le chanteur du groupe Enablers : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire